Archives mensuelles : décembre 2013

Bilan des journées « Franceza pentru cei mici » 2013

Depuis la première journée de formation organisée à Buzau en mai 2013, plus de 300 éducateurs de maternelle et de professeurs de français ont participé dans treize villes de Roumanie aux journées de sensibilisation à l’enseignement précoce du français et de prise en main du kit pédagogique « Franceza pentru cei mici ».

De Craiova à Botosani, l’enthousiasme est le même, les besoins aussi. Depuis l’introduction à la rentrée 2013-2014 de la première langue étrangère obligatoire à partir de la classe WP_000769blogpréparatoire, les professeurs de français découvrent un nouveau public et doivent adapter leurs pratiques et leurs supports. L’enjeu est de taille : faire en sorte que le premier contact des élèves avec la langue française se fasse dans de bonnes conditions. Dans 90% des cas, le kit proposé par l’Institut français de Roumanie est perçu comme une solution clé en main, immédiatement utilisable en classe et permettant d’aborder l’année scolaire avec sérénité, et ceci dans le but de construire un réel apprentissage de la langue.

En traduisent les propos d’une professeur de Botosani : « Pour nous le travail avec les petits est assez difficile et nous devons souvent improviser, sans obtenir de résultats remarquables. On sentait le besoin d’une telle démarche, ce que ce kit nous a offert. »

Du côté des écoles maternelles, ces journées ont permis la mise en place de partenariats entre l’Institut français de Roumanie et des établissements pré-scolaires publics ou privés pour l’ouverture de cours optionnels de français. Au delà des partenariats conclus, ces rencontres amènent directeurs d’établissements et éducateurs à envisager l’introduction du français dans leur offre éducationnelle. En effet, proposer un cours construit à partir d’un support adapté et d’une démarche pédagogique cohérente, est un argument important pour convaincre les parents d’élèves.IMG_8094

Comme l’affirmait une enseignante de Brasov, « Une hirondelle ne fait pas le printemps et j’aimerais que les efforts communs se poursuivent ». En 2014, l’Institut français de Roumanie accentuera son soutien à la politique d’enseignement précoce du français du Ministère de l’Education nationale par le biais d’actions à destination du corps enseignant mais aussi en direction des responsables d’établissements et des parents d’élèves.

Pour les prochaines journées Franceza pentru cei mici, elles se déplaceront à partir du mois de janvier à Giurgiu, Piatra Neamt, Sibiu et Târgu Jiu.

Retour sur la conférence « Enseigner le FLE aujourd’hui : un défi pour la formation »

Le 18 novembre dernier, l’Université de Bucarest a accueilli au Lectorat de français une journée de réflexion autour de la formation des enseignants de FLE en Roumanie. Suite à une conférence donnée par Claire Bourguignon, les universitaires et représentants de l’enseignement scolaire se sont réunis pour faire le point sur la formation didactique des futurs enseignants de français.

Dans sa conférence intitulée « Enseigner le FLE aujourd’hui : un défi pour la formation », 5880501621_3f27216496a_mClaire Bourguignon, didacticienne des langues, Professeur des universités à l’Ecole supérieure du professorat et de l’éducation de l’Université de Rouen, a abordé les points suivants :

– L’évolution du métier d’enseignant de langues avec l’introduction du CECRL (impact sur la démarche de l’enseignant et sur sa formation initiale)

– Le passage de l’enseignant « savant » à l’enseignant « compétent »

En conclusion, Claire Bourguignon a souligné que le défi de la formation était de mettre en marche une dynamique autour d’une nouvelle approche du métier ayant fait l’objet d’un apprentissage en formation initiale.

Télécharger le diaporama de la conférence : conferenceCB_Bucarest

Ensuite, une table-ronde a été organisée autour de la formation didactique des enseignants de français avec la participation de Clementina ANGHEL, (Inspectrice de français de la Ville de Bucarest), Manuela-Delia ANGHEL (Inspectrice générale pour les langues romanes), Sonia BERBINSKI (Université de Bucarest), Claire BOURGUIGNON (Université de Rouen), Anca COSACEANU (Université de Bucarest), Dan DOBRE (Université de Bucarest), Corina GEORGESCU (Université de Pitesti), Emmanuel SAMSON (Ministère de l’Education/Ambassade de France), Liliana VOICULESCU (Université de Pitesti) et de conseillers pédagogiques de l’Inspectorat scolaire de la Ville de Bucarest.

Les échanges ont mis en avant les facteurs qui freinent le développement de l’enseignement de la didactique des langues en formation initiale :

– L’effritement du lien entre l’université et l’enseignement scolaire

– la non-reconnaissance de la didactique des langues comme discipline de recherche universitaire

– le manque d’intérêt des étudiants en langues pour le métier d’enseignant

Les différents intervenants se sont accordés pour la nécessité de lancer une politique de soutien à la didactique des langues comme discipline universitaire à part entière auprès des universités roumaines.